Deux lames à la poubelle

Il fallait bien que ça arrive, les deux lames sur lesquelles je travaillais partent à la poubelle… Lors de la trempe, les lames se sont tordues, et impossible de redresser simplement une lame trempée, au moins je sais que ma trempe a réussi. N’ayant pas envie de m’acharner dessus alors que le résultat ne sera pas terrible, voir complètement horrible, je fais mon deuil et je repars pour deux nouvelles lames.

Ca me met quand même bien en rogne, beaucoup de temps passé dessus, mais ça n’a pas servi à rien, à chaque lame j’apprends des choses, je vois ce qui va, ce qui ne va pas. Là en l’occurrence j’ai pu voir que mon entablure était bien faite, mais que j’avais beaucoup trop insisté sur mon émouture et le haut de la lame était trop fin, chose que je n’aime pas beaucoup niveau design.

Le Coutelier Du Dimanche c’est un mec dans son garage, qu’il prend pour un atelier, et qui y passe tout son temps libre à faire des couteaux.

5 Comments

  1. Hernandez Guillaume
    18 juillet 2017
    Reply

    Bonsoir
    Je suis chaudronnier de métier, lorsque je soude des pièces, elles se déforment, je les redresse soit au marteau lorsque cela est possible (faible épaisseurs) ou au chalumeau.
    Je me pose donc une question : peut on redresser les lames de couteau qui ont reçu une trempe et qui ont bougé ?
    Je pense que cette action annulera forcément la trempe au niveau de la chauffe.
    Une autre question : quelle serait la technique qui permettrait d’éviter la déformation de la lame à la trempe ? Peut être la normalisation avant la trempe ?
    Chauffer la lame à une température adéquate, c’est à dire entre 800°C et 1000°C, et ensuite la brider, sur un gabarit réaliser pour cette étape, et la laisser refroidir, ne permettrait-il pas de redresser la lame ? Ensuite, pourquoi pas recommencer la trempe ?
    Je vous remercie
    Bonne soirée

    • Bonsoir,
      Il est effectivement possible de les redresser en effectuant les bons traitements thermiques pour “détremper”.
      La normalisation limite effectivement la torsion, une émouture bien symétrique aussi ainsi que laisser l’épaisseur suffisante (dépendante de l’acier et de la taille de la lame).

      Certaines personnes, lors de la trempe, refroidissent entre deux plaque d’alu pour éviter la torsion.

  2. HERNANDEZ Guillaume
    18 juillet 2017
    Reply

    D’accord, je pense que ça doit être intéressant, techniquement, de redresser une lame.
    Je commence par la fin, c’est souvent mon problème… Je m’essaye en ce moment à la coutellerie, mais je commence par fabriquer des barres de damas. J’aurai dû commencer par forger des lames, mais je me suis pris de passion de cet acier fascinant. Lorsque j’aurai fait une dizaine de lames, je me servirai du damas pour en faire de plus jolies, à mon sens.
    Et je me servirai de vos conseils et de votre blog qui est très instructif.
    Bonne soirée.

  3. Hernandez Guillaume
    19 juillet 2017
    Reply

    C’est très intéressant, un peu laborieux au début, les soudures sont pas forcément bien faites et lors du repli pour la seconde soudure, je voyais que le feuilletage était défectueux, alors âprès 3-4 heures de boulot, c’est un peu rageant, mais on garde le moral et on apprend de ses erreurs, on se documente, y a beaucoup de vidéos sur YouTube qui expliquent très bien les problèmes que l’on peut rencontrer et comment les éviter. Et un éditeur “editions primitves” à beaucoup de livres dédiés au Damas et à la coutellerie.
    Mais lorsque la passion est là, la motivation reste aussi !!

Laisser un commentaire